top of page

Les 8 piliers du yoga





L’étude des fondations du yoga, en particulier sa philosophie, est un exercice intellectuel et spirituel qui nous invite à nous interroger sur notre vision de la réalité. Au cours de notre exploration, nous apprenons à nous observer, à avoir un regard critique sur nos croyances, nos comportements et nos interactions avec les autres. Cette pratique de l’esprit nous mène vers une meilleure compréhension de nous-même, à l’origine de notre transformation intérieure.



Qu’est-ce que la philosophie yogique ?

Le mot ‘philosophie’ vient du grec ancien « aimer » et « sagesse », qu’on pourrait traduire par l’amour de la sagesse ou du savoir. Il s’agit bien plus qu’une réflexion sur le monde ou qu’une recherche de connaissance et de compréhension. Lorsque nous prenons plaisir à étudier les différentes dimension de notre être, de la vie et de la morale, nous philosophons. Pour entrer réellement dans le yoga et approfondir notre connaissance de nous-même, l’étude des fondements yogiques est essentielle. C’est également la philosophie qui nous invite à changer notre regard sur le monde et sur nous-même.



Le yoga, une science de l'esprit



Véritable science de l’esprit, le yoga n’est pas un système fondé sur des croyances, ce n’est pas non plus un mode de vie universel. C’est un état, un chemin vers soi et en soi. C’est un voyage intérieur personnel qui ne peut être vécu de la même manière par deux personnes et qui ne peut se transmettre de façon explicite par des mots ou des phrases. Le caractère ineffable de cette discipline lui confère une essence subtile et magique. Ainsi, les fondements du yoga et les théories ancestrales jouent un rôle de repères qui nous guident dans l’atteinte et le maintien de notre équilibre physique et psychique.

Les Yogas Sustras de Pantaῆjali, la Baghavad Gita, les chrakas et les Asanas s’apprécient en tant que représentations ou archétypes de notre fonctionnement, et nous mènent vers une meilleure compréhension de nous-même.



Historique du yoga



Les Veda : les fondements philosophiques du yoga

Les veda sont d’anciens textes philosophiques qui forment la base théorique de la religion hindoue. La période de création de ces écrits reste encore incertaine. Leur écriture aurait débutée au XVe siècle avant JC, mais il est impossible de donner une date précise du commencement de cette tradition orale qui se transmettait de brahmane en brahmane.


A l’origine, à l’époque védique, la femme était tenue comme égale à l’homme et recevait elle aussi l’enseignement spirituel. Des femmes auraient d’ailleurs participé à l’écriture des textes védiques. Les femmes sont d’ailleurs largement représentées dans l’univers du yoga aujourd’hui, bien que les hommes yogis, moins nombreux, soient toujours aussi influents.


Parmi ces textes, on retrouve les Upanishad, sorte de conclusion des véda (500 ans avant JC). C’est dans cette série d’écrits que l’on aurait découvert pour la première fois le mot ‘yoga’.



La Bhagavad Gita

Il s’agit d’écrits datant entre 500 et 200 ans avant Jésus-Christ, au sein desquels le yoga occupe une place centrale. Ils constituent la base de l’enseignement Hindouiste et sont composés d’une partie d’un poème contant la vie de Krishna et d’Arujna. L’ultime objectif de cette narration métaphorique est d’échapper au cycle des renaissances et d’atteindre la réalisation de soi par l’arrêt de l’agitation de l’esprit, par le renoncement et par le détachement.



Les Yoga Sutras de Patanjali

Les Yogas Sutras de Patanjali, plus récents et inspirés des textes védiques, furent élaborés entre 300 avant JC et 500 ans après JC. Pantaῆjali est considéré comme le fondateur de la philosophie yogique. Aussi, les Sutras représentent les textes de référence de cette discipline et ils en véhiculent les principes éthiques. Ils sont constitués de près de 200 phrases en sanskrit complétées de leurs explications. Bien qu’il soit impossible de traduire ce qu’expriment véritablement les Sutras, de nombreux ouvrages traduits sont particulièrement recommandés pour celles et ceux qui souhaitent approfondir les aspects philosophiques du yoga. Ils nous aident à mener une réflexion sur la vie et à prendre du recul. Il est intéressant de les relire régulièrement car nous évoluons et notre compréhension s’affine au fil du temps.




Ashtanga : les 8 membres du yoga



C’est dans les Sutras que l’on trouve la première référence au Yoga Ashtanga (ce nom est aujourd’hui utilisé pour décrire un style de yoga à part entière) signifiant ‘les huit membres’.


Ces sutras décrivent en effet les 8 branches ou piliers du yoga, qui représentent autant de voies que tout être humain peut emprunter pour modifier le cours de son existence et atteindre l’alignement. Il ne s’agit pas vraiment d’une progression linéaire (bien que les premiers soient plus accessibles que les suivants) mais de 8 piliers qui reflètent notre essence et peuvent accompagner notre chemin spirituel vers le Samadhi.


Pour Pantaῆjali, le yoga est la maîtrise des mouvements du mental.

La pratique corporelle n’est qu’une facette de cette discipline globale et complète.


C’est la nature profonde des sutras, la force qui se trouve derrière leur représentation manuscrite, cette puissance ineffable, qui nous guide et nous accompagne au fil de l’étude de nous-même et de notre pratique quotidienne. Pratiquer chaque jour, ce n’est pas uniquement sortir son tapis, c’est aussi penser à respirer en conscience, à cultiver la gratitude et la bienveillance, à ralentir et à être à l’écoute. Une vie plus en accord avec les sutras semble à priori contraignante mais les rituels et orientations qu’ils nous partagent nous aident à orienter nos pensées et nos actes afin de mieux maitriser notre vie et de lui donner un sens.



Les 8 piliers du yoga



Les Yamas de Pantaῆjali constituent un ensemble de règles de vie en collectivité permettant de vivre en harmonie avec soi et avec les autres.


Les Nyamas transmettent quant à eux les principes de vie personnels qui doivent être suivis pour garantir notre évolution spirituelle et notre équilibre individuel.


Les Asanas sont les postures et incluent l’exercice physique.


Le Pranayama nous apprend à contrôler notre respiration, afin d’accompagner la libre circulation du souffle vital et de nos fluides corporels. Cette discipline marque le début de l’introspection et favorise le sentiment d’apaisement. C’est en effet à partir du pranayama que nous commençons à nous connecter à notre intérieur.


Pratyahara nous amène à faire abstraction de l’extérieur et à prendre conscience de notre intérieur. Cette introversion sensorielle est un prélude à l'état de concentration que nous manifestons avant, pendant et après la pratique physique.


Dharana est l'état de concentration au cours duquel l'esprit est immobile. Avec Dharana, nous cultivons notre attention, menant à la réalisation de nos intentions. Dharana signifie également la mémoire. Notre mémoire nous aide à ne pas reproduire les mêmes erreurs : en prenant conscience des schémas de pensées et des comportements qui se répètent, nous sommes capables de nous améliorer.


Dhyana est l’état de maîtrise de l'esprit, ou de méditation. La méditation est l’extension de la concentration commencée dès l’étape de Pranayama. Le corps devient alors inconscient du reste du monde et l'esprit est focalisé sur l'objet de la méditation.


Samadhi est l’état de béatitude qui marque la fin du conditionnement. Dans cet état ultime, les fluctuations de la conscience s’effacent derrière l’absorption méditative.

Ashtanga yoga philosophie pratique
les 8 piliers du yoga


bottom of page